Premier bilan...

Ce qui m’a plu avec Pierre Molho

- l’expérience avec le liquide magnétique avec l’aimant. J’ai appris beaucoup de choses sur les ondes (humaines, etc.) et plein d’autres choses, c’était vraiment intéressant, cela m'a éclairé sur le magnétisme.

- l’aimantation, je n’en avais jamais vu de cette façon

- le phénomène que peut produire le magnétisme, dans lequel il produit des phénomènes statiques, aléatoires, ordonnés

- les mouvements que les ondes magnétiques ont créés m’ont intriguée

- le fait que le corps soit un conducteur électrique

- c’est agréable d’avoir des réponses à ses questions !

 - l’élaboration des procédés, l’expérimentation, le tout sous forme de jeu ! C’était super ! (je dis « jeu » dans le fait que l’on a interagi avec des éléments et outils à notre portée)

 

Ce qui m’a plu avec Christine Moreau

- la présentation du logiciel Isadora et la démonstration qui a suivi. C'est original et cela montre à quel point on peut créer, aller loin grâce à l’imagination.

-  c'est intéressant qu’avec un objet de tous les jours il soit possible de créer quelque chose de complexe

- j’ai aimé le fait de travailler sur un système informatique

- le logiciel qui permet d’écrire, projeter une image, un son, une lumière, bref tout !

- j'ai aimé la piscigraphie , la création du poisson à partir de son mouvement

- émettre un son en touchant une pomme, grâce à un appareil qui transmet l’énergie

- découvrir comment le logiciel organise les méthodes pour créer un produit avec de la valeur ajoutée

- jouer avec la taille de l’apparition des images

- la découverte du logiciel, jouer avec les algorithmes, l’ambiance…

- Tout cela est Art et questionne l’Art en même temps.

 

Échantillon de premières idées

- des petits cors qui s’entr’accrochent (chaîne humaine) et produisent ainsi une création poétique numérique

- un circuit qui fait que dès que quelqu’un touche et entre dans le circuit, une image d’eux se transforme en quelqu’un d’autre (superposition)

- création d’aimants particuliers pour obtenir différentes formes dans le liquide d’atomes de fer

- produire, rechercher, inventer, imaginer pour obtenir un Tout à notre image

- avec un clavier , chaque lettre correspondrait à un son et on ferait lire un texte à ces sons. Le poème ou texte deviendrait une partition. Il faudrait choisir un certain nombre de poèmes d’auteurs différents, qui correspondraient à un instrument chacun

- un algorithme de morceaux de visages à partir de photos de ceux qui souhaitent participer

 

Conclusion

La poésie mêle l’art (le Beau) à des notions physiques (les Règles)

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Le documentaire

In extremis

en ligne !